Sébastien Mazet, entraîneur principal du RC Vichy. « L’importance de se structurer »

Le RC Vichy est une institution dans le sport du département, vieux d’aujourd’hui 113 années, il concourt pourtant en Fédérale 2 avec un effectif très jeune. Sports Allier a rencontré Sébastien Mazet  coach en chef de l’équipe première.

A la fois ancien pensionnaire de Fédérale 1 mais aussi fraîchement promu, Vichy est-il a sa place en Fédérale 2 ?

Oui, au minimum. On était un petit peu dans l’inconnu sur les trois premiers matchs de ce championnat, mais on voit qu’on a le niveau. Pour la Fédérale 1, le club progresse, se structure, nous ne voulons pas griller les étapes, il ne faut pas regarder que la partie sportive, c’est aussi une question économique. La Fédérale 1 on passe dans un autre monde, il faut des joueurs professionnels, c’est une organisation complètement différente, il y a même maintenant des droits télés. Il faut rester les pieds sur terre, il y a tellement d’étapes à franchir, de restructuration au sein du club, c’est prématuré.

L’objectif officiel c’est le maintien, celui au sein du groupe entre les joueurs et le staff c’est de rester invaincus chez nous, à domicile. On avait la pression d’entrée on sait que sur les 4 premiers matchs on recevait 3 fois (2 victoires en deux matchs face à Périgueux 25-16 et face à Bourges 11-06).

C’est symbolique mais c’est important pour nous. C’est psychologique, pour que les autres équipes se disent, on ne gagne pas facilement à Vichy, on sait que nous avons le soutien du public, on leur est aussi redevable, c’est notre manière de leur rendre. Pour la ville qui nous soutient, c’est un tout. Tous les matchs nous avons entre 1500 et 2000 spectateurs.

Peut-on avoir une idée de jeu en Fédérale 2 ?

 Oui, on peut avoir une idée de jeu en Fédérale 2, justement c’est la clé, pour avoir un projet de jeu il faut bien se structurer. J’ai un staff de 8 personnes avec moi, un analyste vidéo qui me fait des statistiques et me permet d’étudier le jeu de l’adversaire. Certes cela permet de contrer l’adversaire mais aussi de mettre en place plus précisément notre jeu à nous. C’est le cas pour l’équipe première, mais nous avons aussi mis en place une politique de jeu commune à toutes les catégories de jeunes, grâce à notre directeur sportif Patrick Laurent-Varange (ancien joueur de l’ASM, de l’USAP, du club et partenaire de Sébastien Mazet). Il a un recul sur les choses, il a l’œil sur le projet de jeu de tout le club, on avait vraiment besoin de ça.

 On essaye de décliner ce qu’il se fait en senior dans toutes les catégories. La priorité clairement c’est de se restructurer, pour former un tout, avoir une philosophie cohérente de l’école de rugby au senior. Dès cette saison on intègre 5 joueurs issus de notre école de rugby en équipe première. Notre école de rugby est primordiale, il faut qu’elle soit performante, qu’elle obtienne des résultats, ça crée une dynamique pour tout le club.

Après pour le jeu en lui-même, on a  surtout bâti sur le travail du précédent staff, en arrivant on a fait un état des lieux. Nous n’avons pas dénaturé les points forts existants, il y avait des choses très positives, l’animation défensive et des sorties de camps extrêmement efficaces par exemple. Notre philosophie c’est une conquête forte, et beaucoup de vitesse derrière avec de la liberté d’action.

Je pense qu’on est formaté pour avoir un jeu agréable à regarder, nous avons de grandes qualités de vitesse, de bons éjecteurs, on voit que quand on arrive à enchaîner des temps de jeu, on met l’adversaire à mal. On a besoin de ça, on s’était un peu trompé sur les deux premières rencontres, en voulant être trop gestionnaire, notre équipe a besoin de se lâcher.  Pas du hourra rugby, mais de la spontanéité, de la vitesse, quand le jeu est trop fermé, sans rythme, cela ne nous convient pas forcément, peut-être parce que nous sommes un peu moins puissants que d’autres. Sur les trois premiers matchs, notre match plein, référence, c’est ce week-end (contre Périgueux), c’est encourageant.  Ce week-end c’est du lourd avec Orléans, deuxième, donc il va falloir confirmer. Notre groupe est très jeune, avec quelques leaders d’expérience comme Arthur Roulin.

Quelle est l’influence d’Arthur Roulin (ancien champion de France espoir avec l’ASM) dans votre équipe ?

C’est le meilleur tous les dimanches, c’est un capitaine exemplaire.  Il a un crédit énorme, dimanche dernier par exemple, il réalise 19 plaquages, C’est un vrai relais pour nous les coachs, il est essentiel,  capitaine de touche, il sait remobiliser les joueurs, c’est un rôle fondamental. Il se sent bien au club, c’est quelqu’un d’impressionnant. Sur les deux premiers matchs, les jeunes ont tendance à se reposer sur lui et les autres leaders. Il y a eu une vraie remise en question le week-end dernier, ils se sont tous mis au niveau, il ne faut pas le regarder jouer, il faut le suivre et élever son niveau grâce aux leaders, c’est ce qui s’est passé ce week-end.

Avec Issoire et Cournon, ce sont trois clubs auvergnats dans cette poule de Fédérale 2, comment l’expliquer et comment l’appréhender ?

L’une des raisons majeures c’est que les clubs professionnels avec la fin des Reichel, ont libérés énormément de joueurs, forcément il arrive des joueurs au niveau amateur qui sont très intéressants. On peut remarquer aussi dans les trois clubs, une stabilité au niveau des entraîneurs, même quand les staffs changent on travaille dans la continuité, les choses ont pu se mettre en place.

 Les derbys c’est que du bonheur, ça a une saveur particulière, nous nous sommes tous croisés, j’ai entraîné pas mal de joueurs d’Issoire, j’ai entraîné Cournon donc il y a  forcément une excitation de jouer ses matchs, l’enjeu sera présent, pour la suprématie locale. Cela crée une émulation, entre les équipes, mais aussi avec le public, une adhésion populaire, on attend de ces matchs que ce soit une vraie fête régionale. Ces matchs auront un supplément d’âme c’est évident. Il n’y a pas d’animosité c’est ce qui est beau, c’est juste que le meilleur gagne et c’est bien pour le rugby auvergnat, uniquement de la stimulation.

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.