Edouard Suchet : « On a les dents longues »

Edouard Suchet est arrivé sur le tard dans le monde du rugby, lui qui a longtemps arpenté les parquets de l’AS Saint-Priest Bramefant au basket. Désormais avec un ballon ovale dans les mains, il fait désormais, avec ses camarades de jeu, le bonheur de Vichy en se retrouvant en haut de la Fédérale 2.

Pouvez-vous vous présenter ? En tant que rugbyman et en dehors du rugby ?

Edouard Suchet, 24 ans, je joue au rugby depuis que j’ai 17 ans au poste de demi de mêlée. J’ai toujours joué au RC Vichy. Je suis actuellement en Master 2 à l’ESC Clermont et en alternance chez Michelin sur un poste de chargé de Marketing et Communication.

Avez-vous toujours joué demi de mêlée ?

Non je joue à ce poste depuis que je suis monté en senior, je jouais à l’ouverture ou à l’arrière en junior, mais je dois avouer que je n’étais pas un très bon joueur à ces postes ! Le premier entraîneur à m’avoir fait jouer à la mêlée est Pierre Jeanton, je n’y avais jamais pensé et maintenant je ne me vois pas jouer à un autre poste.

Votre rôle sur le terrain ?

Sur le terrain, mon rôle est d’organiser le jeu, de prendre les bonnes décisions au bon moment, pour que toute l’équipe aille dans le même sens, et gérer les avants qui ont la tête dans le guidon.

Parlons un peu de vous, quel style de joueur êtes-vous sur un terrain ?

Je suis un demi de mêlée qui dynamise le jeu, tout du moins j’essaie. J’essaie au maximum d’apporter de la vitesse au jeu en utilisant mes qualités de vitesse et de passe, pour mettre mon ouvreur dans les meilleures conditions. J’organise le jeu du mieux que je peux, pour que toute l’équipe soit à l’unisson.

Nous sommes très complémentaires avec Anthony (Arthus) qui a un profil plus punsher, j’essaie d’apprendre beaucoup de lui, il a connu un niveau supérieur, il a plus tendance à attaquer la ligne, chose que je ne sais pas faire, ou quand j’essaie je vois souvent des faux trous ! (rire)

Quels sont vos objectifs sur le court comme sur le long terme  ?

Au rugby, continuer d’engranger un maximum d’expérience, notamment au côté d’Anthony avec qui je partage le temps de jeu, et qui a connu un niveau supérieur. Et ce pour pouvoir jouer au meilleur niveau que je peux !

En dehors du rugby, je pense à mon avenir, même si j’ai la chance de jouer à un bon niveau, cela ne fait pas tout, il ne faut pas oublier certaines priorités notamment le travail.

Un petit retour sur ce match contre Saint-Yireix, au scénario complètement fou. La force d’une équipe en grandes pompes ?

Le match contre Saint-Yrieix a vraiment mal débuté, nous prenons 2 essais coup sur coup et nous perdons Gela qui prend un carton rouge, mais étonnamment nous n’avons pas paniqué et nous sommes restés dans le match pour coller au score à la mi-temps, et imposer notre jeu en deuxième mi-temps avec un apport important du banc.

Je pense en effet, que notre enchaînement de bons résultats depuis plusieurs matchs nous apporte une sérénité qui compte énormément dans ce genre de matchs.

D’ailleurs, l’objectif est clairement les phases finales maintenant ? Vous en parlez entre vous ?

Dès la fin du match contre Châteauroux, sachant que le maintien est désormais acquis,  les entraîneurs nous ont réunis dans le vestiaire (équipes 1 et 2) pour nous demander ce que nous souhaitions pour cette fin de saison. Nous voulons maintenant accrocher les phases finales, pour les deux équipes. Pour un promu c’est déjà beau, et adviendra ce que pourra. On est un groupe jeune, on a les dents longues !

(L’équipe réserve réalise également un très beau parcours et est actuellement troisième).

Comment est l’ambiance dans l’équipe ?

L’ambiance dans l’équipe est très agréable, la concurrence est seine, nous ne parlons jamais de deux équipes mais toujours d’un groupe. Il n’y a aucune différence dans la gestion entre l’équipe 1 et l’équipe réserve, et cela fait notre force !

Les nouveaux joueurs se sont très bien intégrés à un groupe soudé depuis la montée l’année dernière. Le nouveau staff y est également pour beaucoup, ils ont trouvé la bonne alchimie pour faire tourner le groupe !

Votre ressenti sur le club du RCV ?

On a retrouvé une sérénité dans le club depuis 3 saisons, chose que nous avions perdu pendant quelques saisons auparavant et cela fait du bien !! On vit de belles saisons en 1 comme en B ! La relation joueurs, entraîneurs, dirigeants est très agréable !

Pensiez-vous faire une telle saison ?

Sincèrement non. Nous étions même plutôt inquiets à l’intersaison quand nous avons connu notre poule avec de grosses écuries comme Limoges, Périgueux et bien entendu Issoire.

Les nouveaux joueurs ont apporté énormément, et à des postes clés ! Nous savourons cette saison où les résultats sont au rendez-vous.

Votre plus beau souvenir sur un terrain ?

Le match de la montée en Fédérale 2, ce jour-là je suis passé dans tous mes états, j’avais du dormir 4h la nuit d’avant, le stade était plein, c’était un rêve de gosse, la libération fut au coup de sifflet final, mais l’entrée sur le terrain avec le stade plein à craquer qui pousse derrière c’était fabuleux. Je payerai pour revivre ce moment, les 5 minutes avant le coup d’envoi, le discours des coach et du capitaine, je m’en souviendrai à vie ! On a construit quelque chose de fort !

Votre plus grosse bourde ?

La saison passée en phases finales contre Bazas au match d’aller, nous perdions de 5 points, et j’ai voulu joué une pénalité rapide au lieu d’aller en touche dans leur 22 mètres. Avec l’autre demi de mêlée on s’était cherché tout le match, et en jouant la pénalité rapide, j’ai voulu « lui mettre un cul »… Pas de chance c’était un bon défenseur et en plus de prendre un gros caramel je fais un en avant… Résultat on a perdu tout l’avantage de la pénalité. Je me souviens je ne voulais pas regarde le banc, ni Arthur (Roulin) d’ailleurs… Mais maintenant je ne reproduis plus cette erreur !

Bureau Vallée

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.