Xavier De Soultrait « C’est un bilan positif »

Avec une victoire d’étape sur le Dakar, le pilote Moulinois Xavier De Soultrait fait son bilan de l’édition 2019 et sur la complexité de participer à une telle épreuve. 

Bonjour Xavier, deux mois après la fin de l’épreuve, quel bilan faîte-vous de votre Dakar ?

C’est un bilan positif, le fait de finir 6ème de l’épreuve est une bonne performance. J’ai eu des bons retours de mon équipe et de mes proches, c’est très motivant pour la suite de ma carrière. Désormais je me concentre sur l’année prochaine.

Vous gagnez votre première étape cette année, quel a été votre sentiment à ce moment ?

À titre personnel, cette victoire me fait vraiment plaisir mais surtout elle récompense aussi mon équipe puisque c’est avant tout un succès collectif. C’était la première victoire française de l’édition 2019, donc c’était une vraie fierté. De plus, ce succès d’étape a réellement fait du bien à l’ensemble de ma Team puisque ce jour-là, deux de mes coéquipiers avaient abandonnés.

Comment faites-vous pour être concentré sur toute une épreuve ?

Pour tenir, nous devons nous hydrater et nous alimenter afin de ne pas nous déshydrater et avoir une défaillance. J’emporte avec moi de l’eau et un repas fluide, qui une fois terminé c’est comme-ci j’avais mangé deux repas. Il faut aussi gérer la concentration et pour cela nous prenons des médicaments, un peu comme les étudiants. Vous savez quand vous roulez à 180 km/h, vous devez tout voir.

Ressentez-vous une émotion particulière lorsque vous participez à cette épreuve mythique ?

C’est toujours l’émotion du passionné qui se réveille. Que ce soit pour mon premier Dakar ou pour l’édition de cette année, au départ d’une course, il y a toujours les mêmes frissons et la même excitation

Comment gérez-vous la fatigue sur les deux semaines de compétition ?

J’ai la chance de faire partie d’une équipe officielle et cela c’est un réel privilège car cela me permet de terminer l’étape du jour avant la tombée de la nuit. L’équipe s’occupe de la moto, comparé aux pilotes amateurs, j’ai plus de temps pour récupérer et préparer l’étape du lendemain.

Comment préparez-vous cette épreuve ?

C’est du travail qui est  réalisé en amont, sur les 11 mois qui précèdent la compétition ! C’est aussi beaucoup de temps et d’énergie mais ce travail de fond est essentiel car il ne faut rien laisser au hasard.

Crédit : Rallyzone Edorado Bauer

Sogo Loisirs

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.