Erwan Paganotto : « Une fierté de représenter notre région »

Le jeune Erwan est l’un des plus grands espoirs en arbitre de la région AURA, sélectionné récemment pour le tournoi inter-ligue, à 19 ans, il représente avec son compère Mathis Tissier, l’avenir de l’arbitrage bourbonnais.

Votre volonté sur le long terme, c’est définitivement d’être arbitre ?
Oui maintenant je suis vraiment plus arbitre que joueur, je me consacre entièrement à l’arbitrage. Je pense que j’ai plus d’avenir au sifflet qu’en tant que joueur. Lorsque je suis arrivé à Vichy, on m’a proposé d’arbitrer pour aider le club, nous sommes montés étape par étape, aujourd’hui, on est bien placés pour notre âge. Donc notre travail paye, on va entièrement se focaliser sur l’arbitrage pour progresser.

D’où te viens cette vocation d’arbitre ?
Ce qui me plaît, c’est que sans arbitre, pas de rencontre. J’aime le fait de permettre aux autres de jouer, de vivre leur passion. J’apprécie aussi les prises de décisions, c’est moi le chef du match avec mon binôme Mathis. Nous sommes une paire très jeune, mais on arrive déjà à arbitrer des rencontres très intéressantes. Des -18 ans niveau France, de la N2 Féminines et parfois de la Pré-National garçon. Cela fait maintenant trois ans qu’on arbitre ensemble, on fait des longs déplacements en Rhône-Alpes surtout, et on adore faire ça. Cela développe chez nous une nouvelle vision du handball.

L’entente avec votre binôme doit être primordiale ?
Je n’aurai rien pu faire sans lui, c’est très important la personne qui se lance dans cette aventure avec vous. Il faut s’entendre parfaitement, on se connaît bien maintenant et ça facilite tout. Au tout début, c’était parfois compliqué, on ne se connaissait pas très bien. Aujourd’hui, en un coup d’œil, un petit geste, on communique très bien, et c’est ce qui fait toute la différence.

Parfois le public est très dur envers les arbitres, comment le gérez-vous ?
Chacun réagit différemment face aux insultes, Mathis ça ne le dérange absolument pas, au début moi, ça m’affectait beaucoup. Je me posais des questions, j’ai même envisagé d’arrêter l’arbitrage face aux huées. Maintenant, avec l’expérience du niveau national, j’arrive à faire abstraction de tout cela. Mais pour moi, cest venu avec le temps, alors que mon coéquipier a toujours été insensible à une ambiance hostile. Pour les joueurs, c’est plus simple, je râlais moi-même beaucoup sur le terrain, alors je les comprends, ça fait partie du jeu.

Comment faire pour s’améliorer ?
Grâce à la Fédération, nous effectuons trois stages par an de plusieurs jours. Nous sommes aussi sélectionnés pour des compétitions nationales comme les inter-ligues, où avec Mathis nous représentons la Ligue AURA. Nous avons des objectifs élevés, mais représenter notre région, c’est un honneur, nous voulons continuer et faire des stages nationaux la saison prochaine.

CB FLOC

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.