Pierre Edouard Perrin « Ce fut onze belles années dans ce club »

Le centre historique de Montluçon, Pierre Edouard Perrin, raconte son histoire au cours de toutes ses années au club.

Bonjour Pierre-Edouard, tout d’abord quel est votre avis sur cette saison ?

Le début de saison était bon, mais ensuite nous avons manqué de maîtrise sur certaines rencontres. Nous avons eu la chance d’avoir La Couronne et Vierzon dans la poule. Néanmoins, durant la période de défaite, nous sommes restés combatifs. Il y a  aussi des regrets sur des matchs contre Blois, Guéret et surtout Riom, nous avons failli battre une des meilleures équipes de la poule. Le score du dernier match est anecdotique, le fait qu’il n’y est pas d’enjeu à jouer sur notre performance.

Pouvez-vous raconter votre parcours ?

J’ai fait toute mon école de rugby à Angers, ensuite j’ai voulu faire du rugby mon métier, je suis donc parti à l’école sport étude à Ussel. C’était le début des sacrifices, durant mes six années à l’ASM Clermont Auvergne, j’ai remporté deux titres de Reichel. J’ai côtoyé des joueurs comme Thomas Domingo, Julien Malzieu, Loïc Jacquet ou bien Anthony Floch. Je n’ai pas été conservé à la suite de ma dernière saison en espoirs, j’ai fait une année à Rouen puis j’ai rejoint Montluçon grâce à des amis et j’ai effectué onze saisons.  Ce fut onze belles années dans ce club.

Pourquoi arrêter cette année ?

Je vais avoir trente-cinq ans désormais, je suis parti de chez moi jeune mais maintenant j’ai une vie de famille. Mon emploi du temps professionnel est assez chargé et je me suis dit de ne pas faire l’année de trop, notamment en cas de grosse blessure. Le plus important c’est que je laisse le club en Fédérale 3.

Quel est le joueur qui vous a le plus impressionné ?

J’ai connu beaucoup de bons joueurs, mais le plus impressionnant à Montluçon fut Masalosalo Tutaia, dès le premier entrainement, il a montré que c’était un joueur incroyable. Durant mes années clermontoises, Anthony Floch ou bien Thomas Domingo était déjà un niveau au-dessus.

Quel est votre meilleur souvenir ?

Les meilleurs souvenirs restent les titres, les deux boucliers avec Montferrand et celui avec l’Ovalie Club Montluçon en 2018. Mes deux sélections en équipe de France -18 restent un grand moment, j’ai joué contre le Pays de Galles et la Nouvelle Zélande.

Quel est votre pire souvenir ?

Ce sont mes blessures, notamment celle que je me suis faîte en équipe de France, après celle-ci je n’ai plus jamais été convoqué en sélection.  Le moment d’avoir quitté l’ASM a été difficile à vivre.

Pourquoi être resté à Montluçon après la liquidation du MR ?

J’avais toute ma vie ici, mon métier, ma compagne je ne voulais pas quitter la ville. Je faisais partie des plus anciens, et le fait de jouer la montée était quelque chose d’unique pour moi. J’ai pris du plaisir durant ces dernières années, je n’ai aucun regret d’être resté. Désormais, j’irai au stade soutenir les copains et donner un coup de main pour les partenaires du club.

Que ce que l’on peut vous souhaiter pour la suite ?

De continuer à m’épanouir dans ma vie, je m’installe durablement dans cette ville et faire du sport pour le plaisir !

Accords Parfaits

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.