Loic Lamouche : « Nous voulons conserver notre esprit de petit village tout en devenant un bon club formateur ».

Responsable de la formation de l’école de football de Bessay, Loic Lamouche veut pérenniser la formation des jeunes filles et garçons au C.S Bessay, pour cela un seul mot d’ordre : la transmission des valeurs du club. 

Burger King

Quelle est la politique de formation du C.S Bessay ? 

Pour débuter, j’ai commencé par le rôle de responsable de l’école de football à la demande du président, il y a maintenant cinq ans. Avant nous n’avions personne pour avoir une vision d’ensemble de la formation. Nous voulions restructurer le club, avec comme objectif de renouveler le groupe senior avec des jeunes de notre école de football. Il a fallu former des éducateurs, restructurer le club au niveau des féminines par exemple. Nous sommes dans une situation où beaucoup de jeunes sont dans l’obligation de quitter la région pour le travail ou les études. Si avec les souvenirs et l’ambiance au club, ils ont plus envie de rester, c’est notre objectif. Certains restent ici, car ils apprécient nos valeurs. Le CS Bessay grandit au fur et à mesure, il y a cinq ans une douzaine de filles étaient avec nous, aujourd’hui, c’est plus de 50 licenciées féminines en jeunes. Nous avons développé une entente en jeune avec Neuilly-le-real et Toulon-sur-Allier depuis l’année dernière des U6 au U18. Cette triangulaire de petits villages travaille avec des valeurs de football communes, nous voulons devenir de bons formateurs en conservant cet esprit de clocher.

Quels sont les projets d’avenir ?

Notre volonté première, c’est de parvenir à créer une section senior féminine. On espère se regrouper avec le MYF pour mettre en commun nos effectifs. Le Moulins-Yzeure Foot a pas mal de jeunes filles qui ne peuvent pas jouer exclusivement avec d’autres filles, par faute de nombre. On va donc se regrouper avec ce grand club, ils vont nous apporter leur professionnalisme et on va pérenniser ce beau projet féminin. Le but c’est de progresser dans la formation des féminines, bien entendu si nous avons des filles au-dessus du lot, la logique est qu’elles aillent découvrir le très haut niveau au FF Yzeure. Notre volonté est bien entendue de travailler avec ce grand club, on est loin de vouloir les concurrencer, mais plutôt d’être complémentaire, la finalité, c’est de garder un maximum de filles de chez nous à la maison.

Attendez-vous beaucoup de la prochaine Coupe du monde féminine ? 

J’espère que l’équipe de France ira loin, c’est sûr, mais nous ne nous reposons pas sur cela. Tous les ans, on fait des actions pour suivre le projet éducatif fédéral, nous sommes label argent au niveau école féminine et école masculine. Notre but reste de faire un travail de qualité, mais quel que soit le nouvel arrivage de joueuses après la coupe du monde nous serons capables de les accueillir. On va certes profiter de la coupe du monde pour mettre en place plus d’actions, en commun avec le MYF, on essaye aussi de mettre en commun toutes les catégories, filles ou garçons, nous avons maintenant Philippe Monnnot, après 9 ans en coach senior il entraîne tous les gardiens du club de U11 à senior, garçons et filles, ça nous permet de nous croiser, d’avoir une bonne relation au sein du club.

 

Burger King

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.