Sladjana Topic, joueuse atypique au grand coeur, partie pour conquérir l’Espagne !

Sladjana Topic, joueuse professionnelle de handball et ancienne membre de l’équipe du Blanzat Sport Montluçon (BSM) a répondu à nos questions.

Bonjour, pouvez-vous vous présenter ?

Je m’appelle Sladjana Topic, j’ai 37 ans, joueuse professionnelle de handball, née à Banjaluka (Bosnie-Herzégovine), titulaire d’un BAC+4 en Journalisme. J’ai joué presque dix ans en France, dont huit saisons et demie à Celles-sur-Belle et, une saison au BSM Montluçon Handball. Actuellement, je défends les couleurs de Lanzarote Puerto del Carmen en Division 1 espagnole.

Sladjana, comment allez-vous ?

Je vais très bien, merci. Merci pour cette question si simple, qu’on nous pose très rarement lors d’une interview. Malgré un contexte assez particulier cette saison, à cause de la Covid-19 (c’est pareil pour tout le monde), je me sens très bien physiquement, malgré mon petit âge et malgré une longue pause et, je suis très épanouie d’avoir poursuivi ma carrière handballistique encore une saison.

Est-ce que votre intégration au sein de votre nouveau club s’est bien passée ?

L’intégration se passe très bien, on m’a super bien accueilli, je suis ravie. Ce qui facilite l’intégration est aussi ma connaissance de la langue espagnole, parce que j’ai déjà joué en Espagne par le passé (2006-2010). Les filles, le staff et les dirigeants sont super sympas et attentionnés, on s’occupe bien de moi. Lanzarote est une belle île, il fait beau tout au long de l’année, il y a beaucoup de jolies choses à découvrir, donc j’essaie de profiter de chaque instant au maximum. J’aime bien l’état d’esprit, la culture et la nourriture espagnole. Cela me manquait un peu.

Comment voyez-vous la saison sportivement ?

Déjà, cela va être une réussite si la saison peut se dérouler à peu près normalement et, que l’on peut jouer jusqu’au bout à cause de la situation sanitaire. Beaucoup de matchs se joueront à huis clos et, je trouve cela tellement triste pour le sport. C’est un cas de force majeure, on ne peut rien y changer, mais la réalité est que les sports féminins vont beaucoup en souffrir. Déjà, par défaut, le sport féminin n’a jamais été dans une position très favorable. La Covid-19 a provoqué et provoquera beaucoup de situations inédites et difficilement gérables pour les clubs. Nous par exemple, tous les quinze jours on prend l’avion pour faire des déplacements. Avec les vols supprimés et les hôtels fermés, parfois cela peut rajouter des heures supplémentaires de trajet. Mais, c’est comme ça, on s’adapte, ce n’est simple pour personne et on profite au maximum de cette expérience.

Quelles sont les ambitions du club ?

L’objectif du Club est le maintien. Pour sa première saison historique en Division 1, Lanzarote Puerto del Carmen a décidé de garder tout son effectif de la saison passée et, a rajouté seulement trois recrues. Je trouve cela tellement beau, car les filles formées au club qui ont lutté pour monter en 1ère Division sont récompensées et peuvent profiter de cette belle expérience.
Le calendrier du début de saison n’a pas été très « sympa » avec nous, car il nous oblige à jouer contre les trois meilleures équipes de la Poule. On va profiter de ces matchs pour se préparer au mieux, contre nos adversaires directs que nous allons rencontrer à partir de la mi-octobre.

Avez-vous gardé des attaches dans l’Allier ?

Oui, bien sûr. J’ai gardé des liens avec beaucoup de joueuses, mais aussi avec le staff, les dirigeants et les bénévoles, étant donné que je continue à exercer les missions de communication pour le club. Donc, on est au téléphone quasiment quotidiennement. J’ai passé une année très enrichissante à Montluçon et, je suis très fière de ce que ce club dégage vis-à-vis de l’extérieur et, la façon dont il grandit chaque jour. Le BSM Montluçon Handball continue de se structurer et je suis tellement contente pour lui, car les efforts payent. Mon idée l’année dernière était de finir ma carrière à Montluçon. Avec le club c’était acté depuis décembre 2019 que je ne poursuivrais pas en tant que joueuse, car je devais arrêter ma carrière. J’étais partie dans d’autres projets concernant ma reconversion professionnelle. Puis il y a eu la Covid-19 et ce goût d’inachevé, car j’ai joué mon dernier match le 29 Février, même sans le savoir. Fin Juin 2020 j’ai eu cette proposition en Espagne que je n’ai pas pu laisser passer. D’autant plus, que je n’étais même pas sur le marché et que je n’ai pas cherché de club. Donc, j’ai laissé faire le destin et je me suis lancée dans cette nouvelle belle aventure.

Que peut-on vous souhaiter ?

Franchement, je pense qu’on peut juste me souhaiter que tout continue comme cela. Je suis très satisfaite de mon parcours, je suis en bonne santé, ma famille et mes proches aussi. Je ne demande pas plus. J’ai des projets plein la tête et ce qui est le plus important : je suis heureuse et comblée.

Crédit photo : Sladjana Topic.

Bureau Vallée

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.