Le Foot Féminin Yzeure Allier Auvergne contraint à l’arrêt !

Accords Parfaits

Retrouvez le communiqué de presse du FFYAA, suite aux directives prises par la Ministre des Sports.

Communiqué de presse du FFYAA :

« Depuis le décret du 29 octobre 2020, la situation de confinement ne permet pas la liberté de pratique sportive. Des dérogations motivées permettent toutefois une pratique du football pour les sportifs professionnels et de haut niveau, ainsi que pour les éducateurs sportifs professionnels.

La Ministre des Sports a précisé ces notions, qui visent à la continuité de l’activité pour certains sportifs dont les championnats sont suspendus, et a produit un modèle adapté de justificatif dérogatoire de déplacement. Fort de ces définitions, les clubs féminins de D2 (tous amateurs, il est important de le préciser) ont dû produire aux autorités locales, un des 4 types de contrats énoncés par la Ministre des sports, pour maintenir les entraînements collectifs de leurs sportives concernées et de leurs partenaires d’entraînement, dans l’attente de la reprise du championnat.

Depuis au moins une semaine, la plupart des clubs des 2 poules de D2F, dont tous ceux qui ambitionnent la montée (Saint-Etienne et Rodez dans la poule B), ont légitimement été autorisés à la continuité de leur activité et peuvent s’entraîner normalement. Tous… sauf le FFYAA ! Le club a pourtant pu justifier d’une quinzaine de contrats entrant dans le champ d’application de ces dérogations, auxquels devraient s’ajouter les partenaires d’entraînement des joueuses concernées.

De plus, le club a la chance de compter dans ses rangs, pas moins de 7 internationales de 6 pays différents, dont certaines doivent préparer
des échéances importantes comme les Jeux Olympiques. A ce jour, une nouvelle décision par les services de l’Etat dans le département est attendue par la direction du club. Cette décision conditionnera forcément la suite de la saison sportive du FFYAA et la suite de la carrière nationale ou internationale de certaines joueuses. Quand on s’intéresse au sport de haut niveau, on connaît les exigences physiques et mentales de la D2F et l’importance de la cohésion de groupe.

Aussi, le maintien d’une interdiction de s’entraîner serait catastrophique
pour le groupe de D2F. Il serait également vécu comme une profonde injustice et un manque de respect sur la situation professionnelle et sportive des joueuses. Bien entendu, le FFYAA n’entend pas se soustraire aux règles visant à lutter contre la pandémie. Il s’applique lui-même des contraintes allant au-delà des mesures obligatoires, par exemple en faisant tester l’ensemble des joueuses du groupe de D2F.

Le club réclame simplement l’égalité, tant sportive que territoriale, dans l’application des textes gouvernementaux, notamment pour permettre la continuité d’activité professionnelle de ses joueuses.

Dominique DARNET – Président. »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.